Croissance personnelle à 50 ans, mes 3 paliers décisifs (part 1)

Je m’appelle Patrick Boutain… j’ai créé ce blog en février 2011 pour le plaisir de partager avec mes étudiants ma croissance personnelle.

Par la suite, c’est devenu une aventure à grande échelle grâce au phénomène, à croissance personnelle exponentielle, via Internet.

“Comme tous à l’origine, je suis un explorateur né, la curiosité face aux obstacles de la vie et la persévérance m’ont donné le ressort pour rebondir à 50 ans. En fait, une croissance personnelle qui ne s’arrête jamais.”

Je vous dévoile ici, une partie de ma vie en trois étapes décisives.

Je suis né en 1957 à Bordeaux (France), je suis marié et père de 3 enfants. Fils de parents artisans imprimeurs, la curiosité des savoirs reste toujours l’essence de mes actions… intacte comme au premier jour de mon existence.

Modèles et moteurs de ma curiosité

croissance personnelle-Leonardo_selfL’illusionnisme, les inventions, les grands hommes, voire visionnaires comme Léonard De Vinci, Thomas Edison, Jules Verne, les concepts orientaux et les arts martiaux représentent mes passions (mon épouse est d’origine eurasienne, née d’une mère vietnamienne).

J’aime les sports en général et la musique depuis toujours.

Permettez-moi de vous conter cette petite histoire, en trois épisodes,marquant la vie d’un homme à la conquête de l’un de ses rêves d’enfant.

Plantons le décor d’une croissance personnelle

Tout se passait très bien à l’école primaire, avec une seconde place régulière, comme le célèbre Poulidor.

Malheureusement, au collège cela se dégrade par lassitude ou par manque de motivation. Il a pourtant obtenu son Brevet des collèges juste avant ses 15 ans.  Mais le manque d’intérêt était surtout lié aux études, apprentissages trop lents et pour la plupart, dénué de sens.

Pourtant depuis tout petit, il se passionnait pour tout ce qui touchait aux constructions (mécanos), aux inventions comme Léonard de Vinci son plus grand héros, avant Jules Verne, Sherlock Holmes, Arsène Lupin et Mac Giver, beaucoup plus tard. 

Puis, dès l’âge de 12 ans, il rencontra un ami de la famille qui était prestidigitateur professionnel et qui l’initia aux techniques de l’illusion. Ce fut une révélation !

Un art de construire une certaine réalité, faire apparaître, faire disparaître et surtout canaliser le regard des autres ainsi que leurs pensées. Pourtant, ce n’était que chimère pour ses parents et le concret revenait très vite : études, travail et sécurité.

Jeune homme et fils d’artisans imprimeurs, il devient donc ouvrier dans les métiers du livre. Ses passions sont toujours croissantes pour la prestidigitation et l’illusion, le sport, la musique puis l’informatique.

Il se marie en 1981, à l’âge de 24 ans, il est alors ouvrier qualifié dans une imprimerie avec 2 CAP en photogravure noir et couleur (déjà 9 années professionnelles).

Le déclic : le mariage et la venue d’un premier enfant – le jeune homme décide d’agir et d’étudier pour apporter du soutien à son épouse. Il ressent soudain le besoin de s’épanouir au niveau personnel et professionnel.

croissance personnelle et independance
Indépendance pass – Crédit Flickr par Max Strzelecki

1er épisode :
Curiosité et l‘éternel rêve de l’indépendance

Durant les années 1980 et 81, il fait la connaissance des Éditions Godefroy (ouvrages sur la pensée positive et dynamique). Ce fut la nourriture de sa curiosité et la soif d’apprendre.

L’été 1986, après avoir étudié pendant 4 ans, le soir, les weekends et sur ses congés, il obtient un diplôme en Hygiénisme et Psycho-Relaxologie.

Le garçon ressourcé va étudier, pratiquer et voyager en France puis en Suisse pour préparer une formation de Sophropédagogue avec le Docteur Abrézol (formation lié à la communication pédagogique, sport-études et paramédical).

Ceci, tout en jouant “l’abeille” avec ses huit heures « ouvrières » quotidiennes. Il dévore et pratique de nombreux ouvrages, notamment ceux édités et distribués par Christian Godefroy…et autres auteurs célèbres comme le Professeur Robert Tocquet ou Alain Lieury (sur la mémoire, l’hypnose, la lecture rapide, et la communication).

A Nancy, il fait la connaissance de l’épouse de Marcel Rouet (célèbre dans le monde du corporel et de la diététique) et met en pratique les techniques de la relaxation psychosomatique.

Au cours des années 90 à 92,  il va même enseigner l’art de la communication et de la relaxation aux praticiens kinésithérapeutes du Centre de la Formation Hospitalière de Bordeaux II.

C’est là que les rencontres vont l’amener à intégrer bénévolement l’équipe de préparation mentale en Sport/Études de haut niveau. Des résultats surprenants à l’époque tant au niveau régional que national et même européen.

De fil en aiguille, il a la chance de participer à une formation d’entraîneur mental de haut-niveau appelée « Stratégie de la Réussite » conçue par Philippe LECLAIR (ex-champion du monde Cross Militaire) avec Guy Missoum (Docteur en psychologie, maître de conférences et consultant dans la psychologie de réussite dans les domaines du sport et de l’entreprise).

Mais à l’époque, le domaine paramédical ne lui permettait pas l’indépendance souhaitée. L’autodidacte qu’il était, avec pour seuls diplômes français (reconnus) un BEPC et 2 CAP, ne pouvait pas, jusque là, obtenir le droit d’étudier dans les universités françaises.

Cependant, un évènement particulièrement dur en apparence va propulser, notre jeune homme devenu père de famille, vers une ascension sociale qui lui fera réaliser le premier pas vers l’un de ses rêves d’enfant.

Devenu responsable en photogravure numérique de l’étape « saisie et montage » de la célèbre édition des dictionnaires Larousse, il doit quitter son métier en 1991, par décision de la médecine du travail (un œil infirme), après presque 20 ans d’exercice.

decouverte
Palais de la découverte – Crédit Flickr par VieDeGeek

2e épisode de croissance personnelle :
Persévérance de l’autodidacte et découvertes

Retour à la case départ, il décide de nouveau d’élargir ses compétences dans ses domaines préférés, notamment ceux de la psychologie et de la pédagogie : performances et mémoires, relaxations, gestion du temps, la communication et surtout celle non verbale avec la P.N.L. (la Programmation-Neuro-Linguistique).

Il tente aussi de créer sa propre entreprise dans le domaine de la culture, un lieu de partage et d’échange. Pour cela, il monte à Paris pour une formation à la direction de petites salles de spectacles : l’école théâtrale de Bagnolet.

Les banques veulent bien le suivre mais c’est un échec au niveau local face aux services publics pour concurrence directe.

C’est durant ces années 90 qu’il poursuit et approfondit le coaching mental en sport de haut niveau, à Paris avec Philippe Leclerc et Guy Missoum. Pendant 4 années, au chômage, notre autodidacte va encore étudier et passer de longues heures derrière ses livres et ses formations, seul espoir pour l’amener à ses fins.

« Des complexes, moi ? Non », témoigne Christian Bouas, un autre autodidacte ayant crée son entreprise :

“Être autodidacte au départ, c’est par nature un complexe. Quiconque n’a pas fait d’études ressentira un manque.

Les qualités développées par les autodidactes les plus communément citées sont l’intuition et la résistance à l’effort. Recruteur, sociétés d’intérim et entreprises s’entendent en effet pour dire que les « sans-diplôme » sont une population plus tenace et ayant une plus forte envie de réussir.”

Le problème, encore et toujours la réalité du terrain qui ne donne aucun résultat sur la réinsertion du jeune homme, dans la vie active.

Bordeaux II
Université Bordeaux II – Crédit Flickr par Samuel Peters

Premiers pas dans les universités de notre pays

Malgré les obstacles, ce chômeur et père de trois enfants découvre alors, à 34 ans, une « porte d’entrée » à l’université (1 sas appelé : DEUSP).

Au bout de trois mois, il s’ennuie et demande une entrevue avec les responsables de filière en Licence d’Éducation. Ses connaissances sur la communication, sur la gestion du temps et sur la mémoire vont lui être d’un secours sans précédent.

Après négociation, il obtient son entrée en Licence en ayant fait valider en direct ses expériences d’autodidacte, sa crédibilité. Dix mois plu tard, il obtient sa licence et un accès à l’école des professeurs (l’IUFM).  L’année suivante (1994),  il trouve un poste de formateur dans un lycée agricole comme contractuel.

Il va poursuivre ainsi sa quête et un certain manque à combler, non plus en autodidacte mais dans un cursus traditionnel tous les deux ans.

Une croissance personnelle, toujours sans quitter son emploi jusqu’en 2001 pour obtenir un Grade de Master2, un DESS « Responsable de Formation-Insertion » (en ingénierie pédagogique).  Le Doctorat pouvait être une suite logique mais sans intérêt, actuellement, pour ses objectifs de terrain.

croissance personnelle internet
Internet – Crédit Flickr par lecasio

3e épisode :
croissance personnelle
« Obstacle santé… pour mieux rebondir ! » (cliquez ici)

Cet article a 27 commentaires

  1. Bonjour depuis le Cameroun!
    Je vous félicite pour ce que vous faites…vous nous encouragé tous…merci

  2. Merci infiniment pour ce blog,
    ça fait plus de 10 ans que je me suis inscrit dans mon propre développement, plusieurs sites que j’ai consulté et je trouve votre blog parmi les meilleurs.
    Merci pour tous vos efforts.

  3. Bonjour Patrick !
    Bravo pour le parcours que je trouve vraiment admirable.
    Je loue votre courage et votre détermination à ne pas baisser les bras et aller toujours de l’avant.
    votre parcours me donne de l’espoir et de la confiace car j’ai un parcours semblable au votre.
    Je suis marié et père d’un enfant, je suis diplômé de l’université de mon pays il ya des années mais toujours à la recherche de l’emploi car aujourd’hui encore je suis au chômage. Je ne sais pas ce que l’avenir me reserve. Donc vos bons conseils seront les bien venus.
    Encore une fois de plus, je vous dit merci et bon courage.
    Cordialement.

  4. Je suis tombée sur votre blog en suivant des liens de blogs en blogs et je ne suis pas mécontente de cette découverte.
    Cet article sur votre parcours m’a touchée et impressionnée. C’est assez incroyable cette soif d’apprendre et de vous améliorer qui vous animée (et vous anime encore) pendant toutes ces années.
    Je vais continuer à vous suivre.

  5. Bonjour ,

    Votre parcours , votre courage , votre ténacité sont dignes d’éloge . C’est vraiment une excellente idée de faire partager aux autres ton expérience .
    Tout le meilleur .

    Richard

    1. Bonsoir ou bonjour Lee-Tin,
      Merci pour votre encouragement.
      A très vite, avec mes défis 2014.
      Patrick

Les commentaires sont fermés.

Fermer le menu