Trous de mémoire et vieillissement cérébral

Les séniors et la dépression : des sujets à risque

La dépression est au cœur de l’actualité. Véritable épidémie contemporaine, elle touche plus de 3 millions de français. Mais si elle inquiète et fait réagir lorsqu’elle atteint les plus jeunes, il semblerait que la dépression soit banalisée chez les personnes âgées.
solitude seniors
Comme si les professionnels de la santé estimaient que tristesse, mélancolie et idées noires étaient des émotions normales chez les séniors. Il n’en est pourtant rien. De tels sentiments ne doivent être le lot de personne, et la dépression est une maladie que l’on peut soigner. Encore faut-il se donner la peine de la repérer.
La dépression est la maladie des temps modernes et peut survenir à tout moment de la vie. Les seniors sont particulièrement exposés. Le Dr HAZIF-THOMAS, psychiatre, nous en parle.

Pourquoi la dépression chez les séniors est-elle difficile à diagnostiquer ?

Les séniors se suicideraient beaucoup plus fréquemment que les 15-24 ans. Mais pourquoi donc le symptôme dépressif chez les personnes âgées est-il si peu posé ? Plusieurs facteurs entrent en jeu.

Le premier est la pudeur des sujets. Les séniors n’ont pas l’habitude ni le réflexe de parler de leurs problèmes et de leurs émotions. Ils font partie d’une génération qui a appris à ne pas se plaindre. De fait, les premiers symptômes dépressifs peuvent passer complètement inaperçus chez ces personnes qui endurent plus qu’elles n’expriment.

Le second facteur est la difficulté à faire le distinguo entre un syndrome dépressif et une autre pathologie liée à l’âge , comme la maladie d’Alzheimer ou un problème de démence sénile.

La dépression est une maladie sournoise dont les signes cliniques ont été définis et répertoriés dans ce qui s’appelle « la classification internationale ». Mais il semblerait que cette dernière ne soit pas réellement adaptée à la catégorie des séniors.

Pourquoi les séniors sont-ils des sujets à risque quant à la dépression ?

Isolement social et affectif, deuil, difficultés financières, problèmes de santé de plus en lourds… Certaines périodes de la vie offrent à la dépression une voie d’accès des plus aisées. Et les personnes âgées sont justement dans une de ces périodes. Alors ne pas tout mettre sur la mémoire et le vieillissement cérébral.

La solitude est l’une des plus grosses problématiques. Toutes les études montrent que le fait de vivre seul expose davantage au risque de dépression. Un retrait dangereux de la vie sociale qui n’est en rien solutionné par un placement en institution . Même entouré d’autres pensionnaires, les personnes âgées sont isolées socialement et familialement, avec le sentiment d’avoir perdu toute forme d’utilité, sentiment qui servira d’amorce à la succession de différents épisodes dépressifs.

Symptômes de la dépression chez les séniors : les signes qui doivent alerter ?

Les premiers symptômes de la dépression chez les jeunes personnes sont la tristesse et le manque de plaisir. Mais chez les séniors, la quête du plaisir n’est guère au centre de leurs intérêts, et peu se plaignent d’être tristes. Aussi faut-il aller voir ailleurs, et surtout un peu plus loin.

Chez les personnes âgées, la dépression prend surtout la forme d’une très grande anxiété, de questions sur la mort, sur l’après, et sur la transmission. Ces peurs sont souvent accompagnées d’agressivité et de douleurs physiques qui ne sont que le reflet de la détresse et de la souffrance intérieure.

Enfin, certains sujets peuvent chercher à combler leur sentiment de vide et d’inutilité par des manifestations d’hypocondrie (certitude d’être atteint de diverses pathologies).

Hypocondrie, une vraie souffrance

Si vous vous prenez parfois pour le malade imaginaire de Molière, dans la première vidéo, Michel Cymès, présentateur du Magazine de la Santé trouve les mots justes pour vous rassurer... Puis dans la seconde, il s'adresse aux hypocondriaques (émission C à Vous, du 31 mai 2018)
Indéniablement, il est nécessaire d’utiliser des critères de diagnostic de la dépression plus larges et adaptés aux séniors. Aujourd’hui, chez les plus de 85 ans, 40 personnes pour 100 000 décèdent par suite d’un suicide. Dans la totalité de la population française, c’est le taux le plus élevé.

La diversité des activités quotidiennes (autant physiques que mentales), le lien social, le jeu, le rire, le plaisir... sont d'autant de voies à favoriser pour le maintien de l'estime de soi quel que soit l'âge. Visualiser, entraîner et stimuler vos facultés mentales reste un objectif atteignable lorsque vous pouvez être accompagné(e).

Conseil : pratiquer la MémoGym™

Voir aussi

"Alzheimer", ce voleur de souvenirs vous questionne ?C'est un mal qui vole les cœurs, les âmes et les souvenirs.[Nicholas Sparks] Senior et fier de l'être La mal …

Depuis une quinzaine d'année, je visite des maisons de retraite pour y donner des concerts avec notre chorale "Arc-en-ciel" (des séniors de 60 à 90 ans). L'accueil, pour …

Trous de mémoire et vieillissement cérébral

Une affirmation, souvent, pour justifier nos trous de mémoire. Mais on n'a pas à avoir honte d'oublier. L'oubli est un phénomène normal, essentiel même. En fait, nous oub …
Nouveau commentaire


Flux RSS des commentaires

Trous de mémoire et vieillissement cérébral